Categories

Vous aimerez peut-être

A Propos d'Agnès


Brunette

Moi c'est Agnès, 29 ans et à l'origine de ce blog.
Rédactrice web avec plus d'une corde à mon arc, je m'implique totalement dans la gestion de ce blog et de ma chaîne youtube, sans cesse à la recherche de nouveaux looks à partager et produits à tester. Suivez moi dans mon cheminement vers une autre façon de consommer : bio, écolo, minimalisme seront les mots d'ordre pour 2016 !

Newsletter



Facebook


Instagram


Journal de pousse : le retour!
Je reviens faire le bilan un an après avoir tout coupé !
#journaldepousse #hair #haircare #youtubeusebeauté #youtubeuse #blogeuse #bblogger #instabeauty #lafrenchlife #hairgrowth #unandepousse
Ca fait un bail que je n
Il fait chaud sur le blog... On parle lingerie avec la superbe marque @barbara_lingerie pour les petits et grands bonnets! 
#caliente #lingerie #underwear #fashionblog
Hey guys! Ne manquez pas l
J
Les petits plaisirs #aromazone #haircare #bodycare #organic #bio #beauty
17/03/2016
Jalousie, femmes et féminisme : Partie II

Jalousie, femmes et féminisme : Partie II

Sois Féministe et tais toi!

 

TU PEUX LIRE LA PREMIERE PARTIE DE CE POST ICI 

 

“T’es pas féministe toi! T'as vu comment t'es maquillée.”

 

Cet article est la deuxième partie de mes réflexions sur les droits de la femme et sa condition dans la société.

Je vais me pencher ici plus en détail sur la question du féminisme poussé à son extrême comme je l'ai abordé avec humour dans ma vidéo "Tuto féminisme de l'extrême".

 

 

Voici mes réflexions, mes craintes :

 

Parfois j’ai peur que certaines visions du féminisme, au lieu d’aider les femmes à s’émanciper, les dessèrvent.

Les féministes ont joué (et jouent) un rôle extraordinaire dans l’histoire de l’humanité et j’espère qu’elle continueront à se battre contre les inégalités, la maltraitance, la soumission et toutes ces choses que nous, pauvres françaises, sommes parfois bien loin même de parvenir à concevoir.

Malheureusement, j’ai l’impression d’assister à une transformation des "combats" féministes.

Malheureusement, j’ai l’impression de voir une population féminine craindre le jugement d’un certain féminisme qui croit avoir compris LE CODE de conduite de la femme libérée.

Il est important d’éveiller les consciences, de bousculer les façons de penser, les vérités établies. Mais ce n’est pas une raison pour tout balayer d’un revers de la main.
Tout n’est pas à jeter dans notre culture.

Il est nécessaire de faire comprendre que la féminité ne se résume pas à ce que l’on voit dans les films et les publicités.

Mais là est la nuance : la féminité ne se résume pas à ça, mais elle l’englobe tout de même.

On peut être féminine en jogging, mais on n’est pas forcément victime de la société sexiste en robe moulante et décolleté.

J'entends souvent les femmes qui aiment “les trucs de filles” se défendre en disant que si elles aiment se maquiller et se faire belle c'est “pour elles mêmes”, et je suis d’accord.

Moi aussi j’aime me maquiller, parce que je trouve ça sympa et agréable.

Mais je sais aussi que mon homme aime quand je suis maquillée.
Et pafois je me maquille pour lui faire plaisir.

Est ce que c’est grave? Est ce que c’est de la soumission?

Non, je ne pense pas. Cela ne m’asservit pas.

Lui aussi fait des choses pour me faire plaisir. Parfois il regarde des films qui l’horripilent. 
Parfois il se lève plus tôt malgré l'envie de faire la grasse mat' et m'apporte un petit déjeuner au lit.
Parfois il met une jolie chemise parce que je trouve ça sexy.

Parfois je joue à Gran Turismo avec lui alors que j’ai horreur de ce jeu parce que je suis une super quiche.
Parfois on sort et je mets la robe qu'il préfère.

Je ne pense pas que ce soit grave qu’une femme agisse pour faire plaisir aux hommes, à son homme, dans la limite du respect de ce dont elle a envie, sans se compromettre, sans aller contre ses désirs ou sa nature.

Tant que cela ne va pas à l’encontre de ce qu’elle est, ce qu’elle aime.
Tant que cela ne remet pas en cause son intégrité.

Je pense qu’il est nécessaire et même indispensable d’avoir une vraie prise de conscience sur toutes ces choses qui nous semblent logiques et normales “par culture” mais qui ne sont ni normales, ni acceptables.

Et pourtant, je suis persuadée qu’il faut laisser la liberté aux femmes de vivre comme elles l’entendent.

Les féministes ont accompli un travail remarquable : elles nous ont montré un autre chemin, une autre façon. Non pas pour empêcher quiconque d’emprunter celui qui lui plaît, mais simplement pour apprendre aux femmes qu’il n’y a pas une vérité, ni une façon de vivre sa féminité, comme je l'ai dit dans ma première partie.

Je n’ai pas envie de vivre enfermée dans des clichés sexistes, mais ce n’est pas pour autant que j’ai envie de vivre enfermée dans des clichés féministes qui ne me correspondent pas plus.

Je crois et je l'ai déjà dit, que les femmes ont surtout et par dessus tout besoin d’un peu de bienveillance.

Besoin d’entendre qu’elles “n’ont pas à “… faire ou être, au lieu de sans cesse essayer de savoir ce qu’elles “doivent “…faire ou être.

Parfois j’ai peur qu’au lieu d’effacer les inégalités et les discriminations, on les creuse, non seulement avec les homme mais aussi entres femmes.

Il faut désuniformiser l’image de la femme, embrasser sa complexité, son hétérogéinité sans chercher à l’enfermer dans de nouvelles boîtes sous prétexte de la sortir de boîtes plus petites.

 

L’extremisme, où qu’il se trouve, n’est jamais bon.

 

 

Et ces femmes non féministes alors?

 

Il y a des femmes qui ne se revendiquent pas féministes et qui ont le don d’agacer les féministes engagées.

Tout d’abord, je peux comprendre que l’on n’ait pas envie d’être apparentée à l’image caricaturale et/ou caricaturée du féminisme - qui n'est pas, on est d'accord, conforme à l'identité du féminisme vrai.

Mais au delà de ça, je ne me qualifie pas de féministe.

Et qu’aucune féministe engagée ne se sente agressée : je déteste en réalité le fait de définir l’identité d’une personne selon ses convictions, ses combats, ses croyances et ses goûts.

De ce fait, je ne me considère pas comme féministe, tout comme je ne me considère pas comme hétéro non plus.

Je suis une femme qui se bat pour les droits de chacun. Et oui, ça implique d'être profondément féministe.

Je suis une femme qui veut proposer aux jeunes filles un monde dans lequel elles puissent se sentir libres, sans leur imposer une manière de vivre leur sexualité, leur féminité, leur vie familiale et leur carrière professionnelle.

Pour qu’en essayant de libérer la femme nous ne l’enfermions pas dans une nouvelle prison.

HellocotonRendez-vous sur Hellocoton !
Vous aimerez peut-être

Commentaires
  • Image Camille 2016-03-18 15:39:00
    MERCI !
    D'abord pour ta vidéo, parce que j'ai beaucoup ri (parfois jaune, mais ri quand même).
    Ensuite pour cet article. On en a souvent conscience, mais c'est important de le dire. C'est important de ne pas tomber dans l'extrême inverse, de rejeter tout ce qui a paru nous qualifier, nous, en tant que femme, sous prétexte que cela appartient aux générations passées, ces générations d'oppression des femmes. Comme tu le dis, tout n'est pas à jeter, tout n'est pas synonyme de soumission. Il faut faire la part des choses.
    J'ai été ravie de te lire & de te découvrir. A très bientôt !
  • Image Une féministe 2016-07-05 16:24:31
    Pourquoi ne critiques-tu pas le machisme plutôt qui est plus grave et extrémiste que des moments de parano ?Le féminisme n'a jamais tué personne.
  • Image Agnes 2016-07-05 16:35:34
    Bonjour,
    Si tu penses que c'est une critique du féminisme, tu as mal lu mon article. Peut être devrais tu le relire sans partir avec un à-priori ?
    Je parle de la minorité "féministe" qui enferme les femmes avec des injonctions comme "tu dois pas faire ça, tu dois faire ci" qui ne servent pas mieux la femme que les clichés sexistes.
    Pourquoi je ne critique pas le machisme? Je le fais. Tu n'as pas à gratter longtemps sur mon blog, ma page Facebook ou ma chaîne youtube pour le découvrir.
    Allez, bonne fin de journée !
  • Image Seralilith 2017-02-21 17:12:53
    Un grand merci pour cet article (et sa première partie), c'est dommage que certaines femmes participent à en montrer d'autres du doigt, mais il y a des abrutis dans les deux sexes. J'ai un parcours très similaire au tient (école etc...), mais je me considère tout de même comme féministe car pour moi la définition du féminisme, c'est de permettre aux femmes de faire ce dont elles ont envie sans être discriminé pour leur sexe. Par contre je condamne "l'ultra-féminisme" qui diabolise les hommes et voudrait presque les dominer. Il n'y a pas un sexe meilleur que l'autre.
Laisser un commentaire